L’amour et le temps : allies ou ennemis ?

302
0
Pour commencer, je citerai Shakes- peare par exem- ple qui pense que le temps n’a pas la même allure pour tout le monde. Il reven-
dique même que «…. l’amour ne s’altère pas en heures ou en semaines mais sur- vit jusqu’à la pointe de la fin des temps…
. » mettant en exergue le fait qu’il y a des choses comme l’amour qui échappent à la suprématie du temps. Charles BU- KOWSKI   quant à lui, affirma que « l’amour est comme la brume du matin au réveil avant que le soleil ne se lève qui tient un instant et qui s’évapore… l’amour est une brume qui disparait à la première lueur de la réalité ».  Admet- tons que Shakespeare soit d’une époque où les histoires de princes charmants sont en vogue et que Bukowski est un au- teur contemporain qui a une vision plus ou moins proche des jeunes que nous sommes ; cela suffit-il à expliquer la di- vergence de leur point de vue ? Tout porte à croire que le vassal temps prépa- rait un crime de lèse-majesté contre son empereur l’amour ; et que le 21 siècle, vient célébrer la félonie du temps envers l’amour. Si Pierre Corneille a affirmé que l’amour est un tyran qui n’épargne per- sonne, le temps quant à lui s’érige comme un despote qui n’épargne pas l’amour. Mais pourquoi cet état de choses
? Est-ce fondé ? En quoi les siècles précé- dents sont-ils différents du notre siècle ? A bien y réfléchir, rien n’est différent entre notre époque et celle d’hier : le temps est le même sauf que ce sont les gens qui changent. Nous en voulons pour preuve que 24 heures d’hier sont tou- jours 24 heures d’aujourd’hui et reste- ront 24 heures encore demain. Ne nous méprenons donc pas. Le temps a-t-il des pieds, des bras, un cerveau ou encore mieux des tentacules qui agripperait l’amour dans mon cœur pour le faire sor- tir à petit feu ? Si le temps arrive à bout de nos sentiments, c’est parce que nous changeons. Cessons de chercher loin la cause d’un problème dont nous sommes la source et essayons de réexaminer la façon dont nous voyons les choses.
Le temps et l’amour paraissent se com- pléter parfois et sont en même temps sé- parés par un gouffre impressionnant qui engloutit tous ceux qui essaient de le combler. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser aujourd’hui, le temps est surement le pire ennemi de l’amour mais il peut être son meilleur allié. Ainsi donc, comment faire du temps, notre allié en amour ? Voici quelques idées pour nous éclairer.

•Le coup de foudre n’existe pas :
l’amour nait avec le temps.
Si 95% de relations échouent c’est parce que les gens ne prennent pas le temps de se connaitre. Admettons qu’on puisse rencontrer quelqu’un et tomber subite- ment amoureux de cette personne sur le champ : c’est possible et c’est ce qu’on ap- pelle coup de foudre mais cette alchimie n’a pas eu lieu au moment de cette ren- contre, à la seconde précise où leurs yeux se sont croisés. Car on n’aime pas ce qu’on ne connait pas. En effet,cette per- sonne qui a eu le coup de foudre nourris- sait déjà l’idéal d’un(e) conjoint(e) depuis un bon moment et cette personne qu’elle rencontre par hasard présente les carac- téristiques de cet idéal convoité. C’est pour dire qu’il y faut toujours un temps

pour que l’amour germe, sorte de terre et grandisse.  La morale de ceci est qu’il faut prendre son temps pour connaitre celui ou celle à qui on a affaire : L’AMI- TIE D’ABORD ET APRES ON VERRA. Cela fait mal surtout quand c’est une fille qui le dit mais c’est prudent. Voir sa côte de séduction, en draguant une fille au bord de la voie est excitant mais rappelez-vous que vous ne savez rien d’elle. Elle peut-être la conjointe idéale ou le genre de personne que vous ne voudriez surtout pas croiser. Pensez- y et surtout aimer avec autre chose que vos yeux car ils peuvent trompeurs.

•Définir clairement ses ambitions et connaissez quelle genre de per- sonne vous êtes. La seconde manière de perdre son temps est de ne pas savoir ce qu’on veut. Non pas de l’exposer à tous clairement mais vous deviez savoir au fond de vous ce que vous  voulez  quand  vous  adresser  à quelqu’un. Il ne neige pas en Afrique de toute évidence, c’est parce les conditions climatiques ne s’y prêtent pas. Ce que je dis par-là est qu’à chaque type de per- sonne correspond un type précis d’amour et il importe de se connaitre en partie pour savoir quel genre de conjoint (e) il nous faut. C’est aussi simple à compren- dre que dans la nature, toutes les plantes n’ont pas les mêmes exigences : d’autres ont besoin de beaucoup d’eau, d’autres moyennement et d’autres presque pas. Alors quel genre de personne êtes-vous ? Celui ou celle qui a besoin de beaucoup d’attention, moyennement d’attention ou celui (celle) qu’il ne faut pas surtout pas déranger. Notons aussi que définir ses ambitions revient aussi à savoir faire des concessions. Les propos du genre « je suis comme cela, je n’y peux, etc…. » Ça n’aide pas au contraire. On se forge aussi une personnalité amoureuse!!! Que croyez-vous ?

•Attendre est souvent utile
Attendre semble d’emblée contre l’idée de gagner du temps mais parfois c’est ce qu’il faut. Celui qui veut manger des mangues doit attendre qu’elles muris- sent avant de les cueillir. La vie est faite de telle sorte que certaines choses doi- vent du temps. Pour plagier un sage, on dirait qu’il y a un temps pour toutes choses sur la terre : un temps pour se presser et un temps pour attendre. D’ail- leurs, Meiko  a déjà chanté « you can’t hurry love ». Il est important d’attendre mais attendre jusqu’où ? Là, on en vient à ne pas se voiler la face.

•Ne pas se voiler la face
Qui a dit que l’amour rend aveugle ? Moi je dirais que l’amour nous donne le choix d’ouvrir ou de fermer les yeux et c’est tel- lement plus facile de fermer les yeux qu’on pense que l’amour rend aveugle. En tout cas, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
C’est exactement comme en affaire, par- fois il faut savoir lâcher prise. Vous vou- lez de quelqu’un : c’est cool. Mais cette personne, que veut-elle de vous ? Amitié: là c’est compliqué.
Dans l’art de la guerre , le Sun Tsu pré- conise de ne jamais engager un combat qu’on n’est pas sûr de gagner. Le Sun Tsu dit aussi qu’on a 50% de chance de gagner une bataille, si on se connait bien et 100% de chance si en plus de vous connaitre, vous connaissez votre ennemi. C’est bon de croire qu’un jour les choses changeront, mais n’oubliez pas qu’une meilleure manière de perdre son temps est de forcer les choses. Plus simplement, il faut prendre du recul pour faire une in- trospection. L’amour vient naturelle- ment pour ceux qui le laissent faire et rappelez-vous que vaut mieux être seul que mal accompagné.

•Suivre son intuition ou son instinct et profiter du temps.
Si vous sentez le déclic ou cette étincelle qui brille très rarement quand on voit quelqu’un alors lancez-vous. En effet, le plus important est de savoir suivre son intuition et voir si l’autre réagit convena- blement. C’est cette complicité, et ce tact dans le couple qui fait la magie de l’amour. Et rappelez-vous que l’amour est la seule chose que le partage grandit.

•Que l’amour survive ou meurt : cela ne dépend pas du temps passé ensemble  ou  des  actes  manqués mais de la volonté de chacun. Entreprenez tout pour réussir, mais ne vous exaspérez pas de vos erreurs ou de vos maladresses car tout ceci n’est que la carapace. Seule, votre volonté compte. Pour finir, aimez-vous vous-mêmes (pas de l’égoïsme) et soyez ouvert. La meil- leure manière de perdre du temps en amour est de passer du temps à le cher- cher.

LAISSER UNE RÉPONSE