La virginite fait son sacre !!!!

196
0

Tout est parti d’un constat général : d’abord,en milieu musulman l’ « hymenoplastie » (reconstitution de l’hymen par chirurgie intime) se multiplie ; ensuite dans les pays catholiques, on note le retour aux ‘Vierges consacrées’ (une femme qui s’est engagée à vivre dans le célibat et la chasteté, et ayant reçu de l’évêque du diocèse sa consécration mais qui est néanmoins différente des religieuses). Enfin, la psychose sexuelle qui remue les Etats Unis d’Amérique à travers le mouvement ‘NO SEX’ prend de plus en plus de l’ampleur, en gagnant déjà d’autres pays comme la France etc. Pourtant à côté, catarina Migliorini, une jeune brésilienne a vendu sa virginité pour plus de 780.000 dollars à un Japonais. Au milieu de tout cela une question : quelle est la valeur de la virginité féminine aujourd’hui?

Marc Twain a affirmé: «dans vingt ans vous serez plus déçus par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors, sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. découvrez». Cette pensée si bien élaborée est le reflet de la mentalité juvénile aujourd’hui. d’aucuns parleront même de ‘gabegie sexuelle’ dans laquelle la virginité s’érige comme la princesse déchue de la sexualité. Chercher donc une fille vierge au mariage s’avère comme une utopie et pour s’en consoler, tout le monde murmure : « c’est la « catin » d’autrui qui devient la femme de quelqu’un d’autre ». Néanmoins, force est de constater que derrière ce grand-voile une envie subsiste ; et aussi petite soitelle, elle reste pugnace comme une sangsue sous notre coeur. C’est en quelque sorte une once de conscience qui peut se résumer ainsi : « personne ne veut avoir comme femme, la « trainée » d’autrui ». Eh oui, c’est seulement la vérité qui fait mal !!! Ainsi, dans notre monde en proie à une révolution sexuelle de la débauche, la virginité féminine est loin d’être une fleur fanée. Sur un échantillon de 10(dix) étudiants du Campus d’Abomey-Calavi interrogés au hasard, il s’est révélé que 08(huit) nourrissaient le voeu secret d’épouser des femmes vierges, un (01) spéculait que ce n’était pas important et le dernier préférait épouser une femme nonvierge. Pour les premiers, ‘’la virginité serait un critère éliminatif et primordial’’pour le choix de leur future épouse. L’un plutôt sceptique avouait que c’est ‘’un rêve inaccessible’ de nos jours et le dernier préférait une femme non vierge parce que ‘’pour dévierger une femme, ce n’est pas aussi facile que cela et de plus cela leur fait trop mal.’’. Cependant, qu’est-ce qui motive les convictions de ces hommes ? d’abord, il faut noter que la virginité s’étend au-delà du concept religieux. Nous n’en voulons pour preuve que seulement deux(02) parmi les (08) huit précités, soit un taux de 25%, se préoccupaient de la virginité féminine en tant que principe religieux ; pour le reste, c’était plutôt une question de choix, de préférence ou de principe éthique. Voici, une petite analyse qui nous permet de comprendre leur philosophie. de nos jours, les filles passent vite à l’acte sexuel (15 ans environ). Et sur le plan physiologique et psychologique, l’acte sexuel est le mur à ne pas franchir car « qui connait le goût du miel ne peut plus s’en passer ». Aussi, Saint Augustin affirmait d’ailleurs que :

si on veut se défendre contre la sexualité, il vaut mieux ne jamais commencer. Ainsi, nous comprenons qu’en franchissant cette barrière, les jeunes filles entrent dans le cycle infernal duquel elles ne peuvent plus sortir. A côté, nul n’est sans savoir qu’elles ne sont pas préparées souvent la première fois et qu’elles le font avec les ‘mauvaises’ personnes ; et quand on sait la frivolité des relations amoureuses aujourd’hui, qui durent tout au plus un an voir même moins pour la plupart des cas, on voit clairement le nombre de personnes avec lesquelles une jeune fille aurait pu avoir des rapports sexuels avant l’âge de 25 ans. La finalité de cette analyse, nous expliquera un jeune étudiant qui préfère taire son nom par souci d’anonymat, est que « quand vient le moment d’épouser une fille, on cherche à connaitre son passé et autres, et quand on dresse ‘son palmarès’ franchement on se dit qu’une vierge serait mieux, mais à défaut on se contentera de ce qu’on trouve ». Pour certains, c’est une question d’orgueil et les propos qui suivent les justifient « franchement, quand demain tu sors avec ta femme qui est censée faire ta fierté dehors et que tu te rends compte que certaines personnes, parfois même tes amis ont été avec elle, c’est décevant». Un autre complétera que « quand tu aimes vraiment une femme et qu’elle a donné son corps à quelqu’un, qui a probablement entendu les mêmes gémissements que toi, vraiment ça fait perdre la tête ». de toute évidence, les femmes ne perdent pas leur virginité toutes seules sauf dans des cas rares. Et si les hommes étaient plus sérieux, ou s’ils s’abstenaient eux mêmes, cela ne résoudrait-il pas le problème ? Un autre étudiant nous a répondu par cette métaphore minutieusement pensée : Une clé qui ouvre toutes les portes est une bonne clé mais une serrure qui se fait ouvrir par toute clé est une mauvaise serrure. Cet avis est même partagé par les femmes, à en croire les dires de cette jeune étudiante qui sont les suivants : un homme peut laisser une femme qui l’a trompé, mais une femme ne peut pas laisser un homme qui l’a trompée car les hommes sont tous comme cela. de ce point de vue, on voit que ce qui est peut-être une fierté pour l’homme est comme un opprobre pour la femme. Toutefois, les avis sur ce sujet sont partagés et divergents mais d’une manière générale la virginité est ce qu’on pourrait appeler le désir inavoué des hommes…

LAISSER UNE RÉPONSE