Caractéristiques d’un bon manuel scolaire

238

S’il y a bien une préoccupation qui est restée permanente et commune à tout peuple, c’est bien sûr édu- quer. Mieux, garantir une effica- cité de l’action éducative demeure la priorité de tout système éduca- tif. A cet effet, les moyens adé- quats doivent être mis à la disposition de l’école afin qu’elle assume pleinement sa mission de transmission du savoir et de la cul- ture. L’existence d’enseignants qua- lifiés et de matériels didactiques en nombre suffisants constituent entre autres les exigences de cette institution.

Le   manuel   sco- laire de par ses multiples  fonctions  demeure un matériel didactique sur le quel enseignants  et apprenants s’appuient dans le proces- sus d’enseignement/apprentissage. Dans les sociétés africaines en général et particulièrement dans les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest où l’écrit est peu présent et centralisé, le manuel reste souvent le seul livre à la disposition des élèves (Noyau,
2002). Dans le système éducatif béninois, dans le cadre des programmes exécutés depuis le années 1990, la part belle a été faite aux manuels. Ainsi, à chaque rentrée de classes, une série de manuels est listée aux apprenants. Certains parents rallon- gent même cette liste par des ma- nuels qui ne sont pas inscrits au programme.
Depuis longtemps et quels que soient les pays, les manuels scolaires font l’objet de nombreuses attentions et d’une prise de conscience accrue de leur  rôle  dans  l’apprentissage  des élèves et leurs contenus suscitent dé- bats et controverses (Kouamé, 2009). En France la recrudescence des ma- nuels de lecture a amené l’Observa- toire National de la Lecture (ONL) à élaborer une grille d’analyse pour per- mettre aux parents et aux ensei- gnants de choisir judicieusement les manuels à mettre à la disposition des apprenants. Même s’il a été montré statistiquement que la disponibilité de manuel scolaire pour chaque élève est un facteur déterminant la qualité des apprentissages dans les systèmes éducatifs africains (Bauchet & Ger- main, 2003), il importe que la quan- tité rime avec la qualité. La faiblesse du niveau des acquisitions des élèves au Bénin et les multiples plaintes for- mulées à l’encontre des manuels offi- ciellement reconnus ont ouvert la vanne à l’édition d’un nombre impor- tant de manuels scolaires. Ainsi, des enseignants, des conseillers pédago- giques, des inspecteurs et même des «chômeurs» sont devenus concepteurs de manuels scolaires. Face à cet état de  chose  et  en  l’absence  de  tout contrôle, les parents se doivent d’être informés de quelques caractéristiques d’un manuel scolaire.
Selon le dictionnaire de pédagogie et de l’éducation pu- blié sous la direction de Arenilla et al (2007), le  manuel scolaire un livre scolaire qui contient, sur une matière, l’essentiel de ce qu’il faut savoir, présenté de façon aussi accessible que possible. De par ses multiples fonctions, il facilite l’appropriation des connaissances, autorise des lectures plurielles, évalue l’acquisition des savoir et sa- voir- faire… (Choppin, 1992). A ce titre, il détermine l’ac- tion pédagogique (Napporn & Tonato, 2012). Il joue ainsi un rôle indéniable dans tout processus d’enseignement/apprentissage. Mais il faudrait qu’il ait les caractéristiques d’un bon manuel.
Un manuel doit être un vade-mecum. C’est pourquoi Are- nilla et al (2007) indique qu’il est destiné à être toujours
« en main ». Il ne doit donc pas être volumineux. Il doit être lisible et attrayant. La page de couverture et le titre du manuel doivent être globalement évocateurs de son contenu. Les noms et la fonction des concepteurs sont in- dispensables et doivent figurer expressément dans le ma- nuel. « Cette information est plus utile et offre plus de garantie pour ceux qui ont la responsabilité d’acquérir des manuels, que les généralités exprimées dans l’avant propos » (Kouamé, 2009, p.66). Les différentes parties d’un manuel doivent être à peu près proportionnelles. Le contenu d’un manuel scolaire n’est pas statique. Il doit tenir compte de l’évolution des réalités sociales et des pra- tiques pédagogiques. Son contenu est proposé au regard des objectifs du programme en vigueur. Le contenu d’un manuel véhicule toute une représentation sexiste qu’il convient de ne pas perdre de vue. Pendant longtemps, dans les manuels scolaires, les métiers de prestiges (ma- gistrat, médecin, etc..)

étaient assurés par des hommes. Aux femmes étaient attribuées les rôles secondaires (mé- nagère, vendeuses, etc.). De plus en plus l’équité genre est prise en compte dans les manuels. A cet effet, le ma- nuel participe non seulement à l’éducation, mais aussi à la socialisation (Dès & Cromer, 2005).  Par conséquent, le contenu des manuels doit intégrer les réalités du mi- lieu des apprenants et prendre en compte leurs réels be- soins. Kouamé (2009) affirme que l’apprentissage est facilité lorsque l’élève trouve, dans le manuel, des situa- tions qui lui sont familières, des contenus qui suscitent ses intérêts, non seulement au plan personnel, mais éga- lement en tant que membre d’un groupe particulier.
En tant que vecteur important de la scolarisation, les ma- nuels scolaires doivent être bien structurés. Leur contenu doit être précis, objectif et cohérent. « Un manuel ne peut être planifié comme un ouvrage littéraire, dont la lecture se faire du début à la fin » (Kouamé, 2009, p.64). Ces dif- férents chapitres doivent pouvoir se lire chacun indépen- damment de l’autre, tout en permettant un apprentissage graduel et progressif. Les textes supports
à l’apprentissage doivent offrir aux apprenants moins de difficultés lexicales et syntaxiques. Les images qui les il- lustrent doivent être assez nettes, simples, suggestives, sans surcharge inutile. Les scènes représentées doivent être faciles à comprendre et à interpréter (Kouassi, 2000). Les deux images ci-dessous présentent le même texte mais avec une petite modification.
Le texte présenté en bulle faciliterait davantage la com- préhension de la scène à l’enfant. La première image per- mettra à l’enfant de distinguer plus facilement les propos des personnages en mis en action (Tonato, 2011).
Les manuels sont indispensables pour l’individualisation de tout processus d’enseignement/apprentissage.  Mais ils doivent respecter certaines normes pour être de véri- table outil au service des apprenants et des enseignants. Dans cet article nous avons présenté sommairement quelques caractéristiques d’un bon manuel. En attendant que de véritables organes de contrôle et de censure ne soient mis sur pied pour attester de la qualité des ma- nuels disponibles sur le marché, les parents et les ensei- gnants pourraient s’en inspirer pour choisir avec un peu plus d’objectivité des manuels scolaires.
Références Bibliothèques
Arenilla, L., Rolland, M-C., Gossot, B.,  (2007), Diction- naire de pédagogie et de l’éducation, Bordas/Sejer. Bauchet, P., Germain, P., (2003). L’éducation, fondement du développement durable en Afrique, Paris, PUF. Choppin, A., (1992), Les manuels scolaires : histoire et actualité, Paris, Hachette éducation.
Dès,  Cromer, (2005).
Kouassi, A., (2000), L’évaluation des compétences linguis- tiques en français au Bénin : Le cas des écoliers. Mémoire de maîtrise  en sciences du langage et de la communica- tion, Université d’Abomey – Calavi (UAC).
Kouamé, K., J-M., (2009), Regard sur les manuels de français en usage dans les lycées en Côte d’Ivoire, In Revue Africaine de la Recherche en Education (RARE) N° 1, 2e trimestre 2009, ISSN 2073- 6073.
Napporn, C., Tonato, P., (2012), l’Apprentissage de la lec- ture au Cours d’Initiation (CI) au Bénin : la nécessité d’un bon manuel, in Revue scientifique IMO-IRIKISI vol
4, N°1 de juillet, ISSN 1840- 6106.
Noyau, C., (2002), Construire les savoirs scolaires via la scolarisation en français langue seconde en Afrique : quelle littéracie viser, et par quelles voies ?, communica- tion au colloque « La littéracie : le rôle de l’école », IUFM de Grenoble.
Tonato, P., (2011), Enseignement/Apprentissage de la lec- ture dans l’enseignement primaire au Bénin : Analyse du manuel de lecture du cours d’Initiation (CI). Mémoire de maîtrise en Sciences de l’Education à l’Université d’Abo- mey- Calavi (UAC).